Commandes Libraires : www.expressediteur.com / Commandes Particuliers https://www.librairiesindependantes.com

Les origines du mal congolais

Par • 25 Mar 2019 • Catégorie: Évènements

Les origines du mal congolais

Auteur : Aimé Matsika,

13/03/2019, Folio 200 pages, 210*135 mm,

ISBN : 978-2-84220-101-2, Prix 20€

Les origines du mal congolais

Dans ce livre, Aimé Matsika s’impose une double exigence :

-S’acquitter d’un devoir de mémoire et ; 

-Laisser en guise d’héritage politique, aux futures générations, quelques propositions susceptibles d’aider à la résolution complète et définitive du mal congolais.

Il évoque la mort d’André Grenard Matsoua et ses rapports avec le Président Fulbert Youlou. La mort d’André Grenard Matsoua, qui demeure encore aujourd’hui une véritable énigme, était devenue à travers son usage par le colonialisme français, un outil de manipulation. Pour mettre fin à cette manipulation coloniale qui consistait à voter pour les ossements (Bihisi) de Matsoua, Matsika et ses amis vont recourir à l’abbé Fulbert Youlou en qualité de leader politique provisoire.

Paradoxalement, les rapports d’Aimé Matsika avec l’abbé Fulbert Youlou, devenu Président de la jeune République du Congo, en 1960, ont pris au fil du temps un tour tragique.

La seconde exigence consiste de penser cette histoire afin d’en tirer des leçons. L’auteur récuse l’idée que la Conférence Nationale Souveraine (CNS) serait le point de départ du renouveau politique au Congo, en ce qu’elle opère le retour à la démocratie abandonnée depuis août 1963. Il déplore principalement l’immaturité politique des acteurs de l’Inutile Conférence Nationale Souveraine. Il fustige en particulier les membres de la Commission Constitutionnelle qui, en lieu et place d’une réflexion sur le fondement et le contenu d’une constitution pour l’instauration d’une véritable démocratie au Congo, ont fait preuve de paresse intellectuelle en recopiant la constitution de la Vème République en France. De sorte qu’au lieu de régler les multiples problèmes politiques congolais advenus depuis l’accession du territoire du Moyen-Congo à la majorité politique avec la Loi-cadre en 1956, la CNS les a, en définitive, plutôt aggravés.

L’auteur formule des propositions pour résoudre les contentieux politiques. Le contentieux fondamental, celui lié aux événements de 1959, gouverne encore, par ses effets néfastes sur l’unité et la concorde nationales, à travers ce que l’auteur appelle « Le revanchisme nordiste ».

Il invite ainsi à un nouveau moment politique fondateur, à travers une convention de concorde nationale, qui doit s’entendre comme une véritable négociation objective et pacifique entre les différentes nations ethniques constitutives du peuple congolais, comme unique remède au mal congolais. Le testament politique d’Aimé Matsika est clair : « Il faut refonder l’État-Nation par une convention de concorde et d’unité nationale librement négociée et conclue entre toutes les composantes ethniques. Il faut une nouvelle constituante qui permette la jouissance de manière équitable de la souveraineté nationale ».

-
Email à cet auteur | Tous les articles écrits par

Commentaires Clos.