Commandes Libraires : www.expressediteur.com / Commandes Particuliers https://www.librairiesindependantes.com

Le temps de la désobéissance civile au Congo

Par • 6 Nov 2015 • Catégorie: Actualités, Livres

Le temps de la désobéissance civile au Congo

S’il y avait une échelle de Richter de la violence, la République du Congo se situerait au niveau 9, c’est à dire la position la plus catastrophique : assassinats, répressions violentes, guerres civiles, coups d’Etat réels ou virtuels, ont émaillé l’histoire politique de cette ancienne colonie française depuis l’indépendance acquise en 1960, avec pour corollaire, des milliers de morts et une pauvreté chronique dont le pays tarde à se remettre. Tous ces drames ont pour commun dénominateur la prise du pouvoir et/ou sa conservation.

Liminaire :

Le texte sur la désobéissance civile a suscité beaucoup de réactions. Pour recueillir d’autres signatures et archiver le débat, Paari éditeur laisse ce portail ouvert.

Les noms supplémentaires seront rajoutés sur le texte au fur et à mesure de votre inscription.

Les articles et réactions complémentaires, seront également placés sur le site du café littéraire.

Au final, l’ensemble des textes feront partie d’un ouvrage qui fixera la une fois pour toutes la mémoire collective.

Pour signer « Le temps de la désobéissance civile au Congo », postez votre nom, prénom, fonction et adresse mail afin que votre nom soit placé sur la base des données. Plus nombreux nous serons, plus nous contribuerons à faire entendre la voix des sans voix au Congo.

La fenêtre de commentaire se trouve à la fin (Après la dernière photo).

Télécharger le fichier PDF actualisé des signatures (07/11/15) : Désobéissance7N

Le temps de la désobéissance civile au Congo

S’il y avait une échelle de Richter de la violence, la République du Congo se situerait au niveau 9, c’est à dire la position la plus catastrophique : assassinats, répressions violentes, guerres civiles, coups d’Etat réels ou virtuels, ont émaillé l’histoire politique de cette ancienne colonie française depuis l’indépendance acquise en 1960, avec pour corollaire, des milliers de morts et une pauvreté chronique dont le pays tarde à se remettre. Tous ces drames ont pour commun dénominateur la prise du pouvoir et/ou sa conservation.

Pour remédier de façon définitive à cette fatalité, la nation s’est retrouvée toute entière, sans exclusive et de façon solennelle, en une Conférence Nationale Souveraine (CNS) pour fixer les règles devant permettre à la vie politique de se redéployer sur des bases plus démocratiques, afin de conjuguer les efforts et affronter les enjeux de développement.

Ces règles du jeu, acceptées par tous, furent enchâssées dans la Constitution de 1992. Parmi celles-ci figurent, notamment, le multipartisme, les élections libres, le droit à la désobéissance civile et surtout, la limitation à deux du nombre de mandats du Président de la République, garantissant ainsi l’alternance et le renouvellement à la tête de l’Etat.

Mais voilà qu’après avoir cumulé plus de trente années à la tête de l’Etat, le Général Denis Sassou Nguesso, décide arbitrairement de changer les règles du jeu, avant l’échéance de son second et dernier mandat. Les principes si chèrement acquis à la Conférence Nationale, repris pour certains dans la Constitution en vigueur depuis 2002, sont donc remis en cause.

Le nouveau texte constitutionnel, élaboré dans l’opacité la plus totale, lui donne ainsi la possibilité de rempiler pour un nouveau mandat, renouvelable deux fois, et pourquoi pas, se faire succéder par un des siens, créant alors une dynastie. Par ailleurs, ce texte stipule en ses articles 10 et 91 l’immunité « planétaire » du Président de la République : « … Aucune poursuite pour des faits qualifiés de crime, délit ou manquement grave à ses devoirs commis à l’occasion de l’exercice de ses fonctions ne peut être exercée contre le président de la République après la cessation de ses fonctions. » (Cf. Article 91 de la Constitution soumise le 25/10/2015 au Référendum boycotté par les Congolais). Cette disposition officialise a posteriori, à la face du monde, les pratiques mafieuses ayant jalonné depuis 1977 l’offre politique de Denis Sassou Nguesso (assassinats de deux présidents de la République et d’un Cardinal en 1977 …), et institue ipso facto l’impunité généralisée.

Faute d’alternance démocratique au sommet de l’Etat, le Congo risque de renouer avec ses vieux démons : l’instabilité et la lutte acharnée pour le pouvoir, avec son lot de victimes.

Dans le simulacre de référendum constitutionnel du 25 octobre 2015 au Congo, il ne s’agissait pas d’exercer son devoir de citoyen en allant voter librement, en toute conscience, pour ou contre un texte de loi comme l’ont seriné les partisans du changement de Constitution. Il s’agissait de donner un vernis démocratique à un exercice frauduleux dont le résultat était connu d’avance.

La sagesse aurait voulu que le Général Denis Sassou Nguesso retire son projet de référendum. Malheureusement, il ne l’a pas fait. Illégalité. Forfaiture. Parjure. Dans ces conditions, aller voter NON, n’aurait rien changé, les urnes congolaises sous le règne du Général Denis Sassou Nguesso ayant un pouvoir miraculeux : tout bulletin NON qui y entre, en ressort transformé en OUI. Inutile donc d’aller voter car toutes les élections organisées par le Général Denis Sassou Nguesso depuis qu’il détient les rênes du pouvoir sont truquées.

Boycotter non plus, n’aurait servi à rien, la liste électorale étant faite de telle sorte que le pouvoir trouve toujours le nombre d’électeurs qu’il lui faut. Qui, par exemple, ignore qu’entre 2007 et 2014, la région de la Cuvette a connu une croissance démographique fulgurante et fictive de 45%, alors qu’au cours de la même période, la région du Niari, l’une des plus dynamiques du pays, a enregistré une étonnante baisse démographique de près de 20% (Cf. Commission Nationale des Elections, 2014, Congo). Ceci conforte le rapport de mission de l’Organisation Internationale de la Francophonie datant de 2013, qui stipule : « … la mauvaise qualité des listes électorales peut induire un important biais dans le résultat du scrutin, par exemple lorsqu’un groupe est sous-représenté ou surreprésenté en fonction de sa région de domicile, de son âge, de son sexe, de son ethnie, de sa religion ou de sa langue. »

Le 25 octobre 2015, un nouveau coup d’Etat contre la République a eu lieu. Et ce, au mépris des dispositions des articles 17 point 1, et 25 point 5, de la Charte Africaine de la Démocratie, des Elections et de la Gouvernance, et en totale contradiction avec les engagements de la communauté internationale tels qu’exprimés aussi bien par le président de la République Française, François Hollande, au Sommet de la Francophonie en novembre 2014, que par le président Américain, Barack Obama, au Sommet USA-Afrique en août 2014.

Maintenant est donc arrivé le temps de la désobéissance civile. Un droit constitutionnellement garanti, dans l’esprit républicain de la Conférence Nationale Souveraine de 1991.

Emmanuel Dongala, Ecrivain,

Richard B. Fisher Chair in Natural Sciences (Emeritus)

Bard College at Simons’s Rock, Massachusetts, USA

Mail : edongala@simons-rock.edu

Contacts et co-signataires :

Noël Magloire Ndoba, économiste universitaire, coordinateur du projet PURADDEP

Mail : bantuonline2009@gmail.com

Mawawa Mâwa-Kiese, Physicien

Mail : edpaari@yahoo.fr

Paris le 28/10/2015

Premiers Signataires

Aty Tsati Gilbert Journaliste
Babimba Roger Administratif
Bakima Baliele Mathieu Enseignant, Journaliste
Balonga Justin Enseignant
Balossa Joachim Enseignant
Bamezon Rostide RH
Baouna Bedel Journaliste
Bathem Léopold Evariste Avocat
Biango Mingwa Chef de projet (Telecom)
Bidounga Olivier Conservateur de Musée, retraité
Bimbou Gustave Journaliste
Bowao Charles-Zacharie Philosophe
Colelat Mary Albert Professeur de Droit, retraité
Dandila Justin Juriste
Dilou Bernadin Economiste
Djess Kibangou Maurice Economiste
Dzaba Jean-Benoît Economiste
Elenga Ayina Economiste
Facho Balaam Faustin Universitaire (Tchadien)
Itoua Okongo Jérôme Juriste
Kihoulou Antoine Historien
Kivouvou Donatien Architecte
Kounzilat Alain Editeur
Kwaou-Mathey Théodore Designer
Laokole Annette-Yoram Politiste (Tchadienne)
Libissa Alexandre Magloire Médecin
Loubassou Joseph
Loubelo Eugène-Fernand Physiologiste
Loukakala-Matsiona Basile Chef de projet (Telecom)
Loutaya Rosalie Infirmière Hospitalier
Louzala Maurille Enseignant
Mabandza Edouard Animateur Social
Mabiala Joseph Enseignant-Chercheur
Malalou Koumba Gertrude Enseignant-Chercheur
Maleckat Jean-Luc Economiste
Manckassa Christian Jean Claude Contrôleur de gestion
Mankessi Guy Journaliste
Manona Martin Historien et Administrateur
Mapingou Marc Sociologue
Mationgo Sébastien Philosophe
Mavoungou Pambou René Universitaire
Mbemba Théophile Logisticien
Mbemba-Dya-Benazo-Mbanzulu Rudy Avocat et Kongologue
Mboukou Alphonse Universitaire
Mene Berre José Consultant (Gabonnais)
Miayoukou Alexis Consultant
Missamou Jean-Félix Informaticien
Missamou Philippe Avocat
Missengué François Enseignant
Mohamed-Ali Abali Enseignant (Tchadien)
Mouanda-Moussoki Prosper Enseignant
Mouberi Aimé Avocat
Moukala Ferdinand-Justice Juriste
Moukolo Joseph Enseignant
Moussounda Simon-Pierre Romancier (Colonel)
Moutsila Brian Maintenance Informatique
Moutsila Ludwig-Josef Logisticien
Moutsila Winne Cadre hospitalier
Moutsila Astrid Cadre territorial
Moutsila Benjamin Professeur Retraité
Myamballat N.G. Sosthène Docteur Ingénieur
Ngolongolo Appolinaire Journaliste, écrivain
Nkounkou Séverin Enseignant Biotechnologie
Ntoungamani Benjamin Enseignant
Pantou Eric Avocat
Sadio-Morel Kanté Journaliste
Samba Dia Nkoumbi Jean-Richard Economiste
Tchinkati Rodrigue Informaticien
Touanga Marcel Colonel
Tsouares Paul Architecte
Youlou Philippe Avocat

Interview d\’Alexis-Richard Miayoukou

BYEqeALMbegInterview d\’Alexis Miayoukou

Benjamin Toungamani demande aux Congolais de continuer la lutte contre Sassou-Nguesso

watch?v=EE1G2LziTwA

-
Email à cet auteur | Tous les articles écrits par

3 Responses »

  1. Rajouter mon nom parmi les signataires
    Nom : Luheko Luc
    Profession : chauffeur de taxi

  2. En 1977, Ngouabi voulait remettre le pouvoir aux sudistes. Sassou et ses amis ont dit non. Ngouabi s’est entêté, Il a été tue par Sassou.
    Le problème est que si Sassou quitte le pouvoir démocratiquement, celui-ci reviendra au Sud. Si Sassou meurt au pouvoir, c’est un autre général nordiste qui prendre le pouvoir comme en 1977. Voila le nœud du problème.

  3. Bonjour Mr Moke Ngala,
    Les commentaires ont été ouverts afin que vous puissiez signer la pétition relative à la désobéissance civile. Il s’agit là d’une opportunité démocratique qui vous est offerte pour dire à l’opinion internationale qu’il y a eu viol constitutionnel au Congo. De grâce nous ne sommes pas un forum de discussion. En revanche nous gardons votre propos en espérant que vous allez répondre à notre attente.