Commandes Libraires : www.expressediteur.com / Commandes Particuliers https://www.librairiesindependantes.com

Les Feux de la Haine

Par • 11 Sep 2009 • Catégorie: Évènements, kongo kultur

LascoPaari1Brakin1Les feux de la haine

Par N. Y. S. Y. M. B. Lascony

« Les groupes humains sont transportés, à certains moments, par des poussées d’impulsion belliqueuses. Celles-ci consistent, … dans un état d’âme collectif qui pousse la majorité des membres du groupe à désirer la guerre ou, tout au moins, à en accepter l’idée… »

Introduction

Il se déroule depuis quelques semaines, entre Brazzaville et Kinshasa, un feuilleton policier que les Congolais des deux rives ne veulent plus voir, à cause des scènes montrant les forces du désordre (cobras) rackettant des civils. Les acteurs principaux (Les généraux Paul Mbot, Jean-François Ndenguet et compagnie) sont vêtus d’uniformes de brutalité, matraque à la main. Ils chargent leurs fourgons d’innocents citoyens Kinois dont leur seul tort est d’être des originaires de la République Démocratique du Congo. Et ce feuilleton se termine toujours par la fermeture des frontières fluviales qui paralyse les échanges commerciaux entre les deux rives. Non ! Plus personne n’en veut. C’est du déjà vu.

Suite du papier à Télécharger : kokult4752n3

Complément

Ntamo (Brazzaville pour la colonie) et Kinshasa (Voir carte ci-dessous), les deux capitales jumelles issues d’une même matrice : La grande nation Congolaise, laboratoire incontesté de l’unification des populations africaines…

Extraits de la chanson de Franklin Boukaka en lingala : « Bandeko Ya ngambo na ngambo ; Tosimbana, tosala lokumu ; Ya Congo na biso ; Congo na biso ebonga boyé ; Ezala Congo moko, Congo ya Lumumba ; Zanaga na Kivu ; Ponton na Kisangani ; Lubumbashi na Ouesso ; Lopango ya Congo... »

Traduction en Français :  » Frères des deux rives ; Tenons nous les uns aux autres, célébrons la notoriété ; De notre Congo ; Notre Congo se portera mieux ainsi ; Il sera un seul Congo, le Congo de Lumumba ; De Zanaga à Kivu ; De Pointe-Noire à Kisangani ; Et de Lubumbashi à Ouesso ; Ce sont là les vraies limites du Congo .Ntamo-et-KinshasaAvec cette prophétie, l’union des deux Congo est irréversible car elle est la matrice de l’Afrique. Elle constitue la clé principale si non la condition ultime pour que se construisent les Etats-Unis d’Afrique. L’Histoire du monde a montré que les prophéties des martyrs finissent toujours par se réaliser. Celles de Ghandi, de Kimbangu, de Martin Luther King, …, sont palpables à l’heure actuelle. La prophétie de Lumumba chantée par Franklin Boukaka, sur le Grand ensemble Congo s’imposera elle aussi, tôt ou tard comme une réalité incontournable pour le progrès de l’Humanité…

Complément réalisé par Nsona Diambu.

-
Email à cet auteur | Tous les articles écrits par

2 Responses »

  1. Rien ne peut justifier la barbarie. Tout acte barbare est donc condamnable. Mais lorsque l’on porte un jugement sur un évènement, on se doit d’être objectif. Parler des conséquences c’est bien mais omettre volontairement de parler de la cause, est une manière de dérégler la balance de la justice. Lorsqu’on est un Congolais de Brazzaville même vivant en France, on ne peut accepter la confiscation de son droit de vote. Le régime en place l’a fait. Tout le monde sauf l’auteur du dit article sait de quoi il s’agit. Pour renflouer les urnes, ce régime à fait appel à des étrangers (au regard à l’appel de l’opposition appelant les congolais à ne pas participer au vote et au remplissage des listes électorales). Visionner les images photographiques du site Mwinda lors du vote. Ce site s’indignait de voir des rangées d’électeurs mâles d’un certains age dans le fief de Talangaï celui du candidat à sa propre succession. C’était la puce à l’oreille. Apprenez que ces gens étaient payé pour cette « besogne ». Celle de voter au nom des Congolais alors que même en France, nous Congolais n’avions pas ce droit de vote. Ce n’est pas en les défendant de telle manière que vous allez changer les choses. Ce qu’il faudrait changer, c’est d’éviter que des gens soient accueillis au Congo uniquement pour venir voter avec au passage, des remises de modiques sommes d’argent, de pièces d’électeurs (livret, récépissé, carte de vote, acte de naissance). C’est grave pour les coupables et les receleurs. aucun pays au monde ne peut l’accepter sauf bien sur  » une certaine intelligentsia congolaise » à qui nous disons qu’il n’a pas le monopole du coeur pour reprendre une phrase cher à V.G.E.
    Ne nous menez pas en diversion. Personnellement, je ne déléguerai pas mes droits de citoyen à des personnes malhonnêtes qui payent le prix de leur bêtise. Nous ne faisons pas d’amalgame. Comme par hasard, ce ne sont pas les Zairois installés depuis longtemps dans les quartiers sud de Brazzaville (Bacongo, Makélékélé) que la population locales pourchasse, aidée par des agents de la sécurité public. Ceux qui ont été en ligne de mire, sont d’abord ceux qui ont accepté le « Deal ». Ils croyaient disparaître dans la nature après leur « forfait ». ceux là ont été rattrapé par l’histoire. Ce qu’il faut condamner c’est le dérapage auquel on est habitué et pour lequel certains innocents certainement ont payé les frais. Dans ce cas ce n’est pas tolérable. Quand à ceux qui pour rester éternellement au pouvoir, veulent instaurer une jurisprudence « d’importer la main d’oeuvre électorale » de part et d’autres des deux rives du fleuve Congo ou au sein de la Cemac puisque deux congolaises avaient été interpellées dans un bureau de vote au Gabon (vu sur France 24), ils devront savoir qu’ au lieu d’un doigt et une oreille, c’est la vie qu’ils risquent. Tout jeu à ses règles et on ne badine pas avec le droit de vote car beaucoup ont fait des sacrifices pour parvenir à ce droit qu’il ne faut en aucun cas bafouer. A ces messieurs, les défenseurs qui confondent tout, nous leur demandons de revoir leur réflexion car rien ne sert de réfléchir à moitié. Avec vous les tricheurs auront des beaux jours avec ou devant eux. En même temps, condamner ce qui est condamnable et défendez ce qui l’est. Ainsi vous ne toucherez pas à l’équilibre de la Justice.

  2. Mon cher compatriote,
    J’ai lu attentivement votre réaction, et j’avoue avoir été un peu déconcerté par votre fermeté vis-à-vis des Congolais de Kinshasa. En cas de mascarade électorale, il faut d’abord blâmer le corrupteur avant de s’en prendre au corrompu. Comme tout citoyen congolais honnête, je n’ai pas apprécié l’usurpation de certains électeurs venus massivement du Congo voisin pour concourir à la réélection de Mr. Sassou. Ce contre quoi je me suis insurgé, c’est la manière dont on les a traités et le terme utilisé pour qualifier la fameuse opération (Stérilisation) pour les expulser. Les Congolais de Brazzaville ne sont pas dupes. Ce n’est pas le bourrage d’urnes qui a permis la réélection de Mr Sassou, sa victoire était programmée d’avance, l’administration n’étant pas neutre pour assurer la transparence du scrutin. Il faut être naïf pour croire qu’un régime tyrannique issu d’un coup d’Etat sanglant, pouvait permettre à ses citoyens de le bouter dehors par la voie des urnes. Mr Sassou n’est pas amnésique, car ce dernier se souvient bien de la conférence nationale et du faible pourcentage qu’il a recueilli lors de l’élection de 1992.
    Mon idéal est de voir l’Afrique s’unir un jour, et certains actes peuvent faire obstacles à cette unité. On ne peut pas s’offusquer de voir les Africains se faire reconduire manu-militari aux frontières de l’Europe tous les jours, et cautionner la même chose vis-à-vis de ses congénères dans son propre pays. Si vous êtes attaché mordicus aux frontières artificielles léguées par la colonisation, c’est votre problème. Je suis de ceux qui n’y accordent aucune importance, voilà pourquoi j’ai dénoncé l’absurdité de la fameuse opération. Du moment où la constitution d’un pays est illégale, c’est le règne de l’anarchie et tout scrutin qui en découle devrait être caduc. Lorsque vous écrivez « je ne déléguerai pas mes droits de citoyen à des personnes malhonnêtes qui payent le prix de leur bêtise », vous semblez cautionner le traitement inhumain qui a été infligé à ces derniers. Quel que soit le tort d’un individu, dans un Etat de droit, c’est la justice qui devrait s’appliquer à son endroit, et non la barbarie. Pensez-vous, qu’il est normal de mutiler quelqu’un à cause d’un bulletin de vote frauduleux ?
    Dans ce cas, que ferons-nous de nos propres compatriotes (surtout ceux des quartiers sud de Brazzaville) qui ont distribué de l’argent aux électeurs pour acheter leur vote en faveur de Mr Sassou ?
    Je ne pense pas que vous auriez réagi de la même façon, en les voyant immolés et amputés d’une oreille et de deux doigts.
    Cessons de trouver des boucs émissaires à nos malheurs. Le problème du Congo, c’est le régime P.C.T. qui a pris en otage toute une population en usant des méthodes staliniennes pour perpétuer son hégémonie.
    L’auteur.