Editions Paari – Contact – Fax : 00(33)0143420252 – Mail : edpaari@yahoo.fr – SMS + Messages : France (33)0626196474

Actualités

Communiqué pour le report du Concert « Des livres et des Musiques »

Par Café Littéraire • 9 avr 2014 • Catégorie: Actualités

Communiqué :

Des Livres et des Musiques pour un Pont sur le Congo, socle du Panafricanisme

Pour des raisons indépendantes de notre volonté, la Foire Africaine prévue du 18 au 21 avril 2014 à la Halle Fresynet de Paris 13ème est reportée à une date ultérieure.

En conséquence, les deux activités de Paari-éditeur, concomitantes à cet événement, à savoir :

-Salon « Livres des Afriques » ;

-Concert « Des Livres et des Musiques » ;

Sont elles aussi reportées.

En revanche, pour ces deux dernières activités (« Livres des Afriques » et concert « Des Livres et des Musiques »), des nouvelles dates seront fixées, indépendamment de la Foire Africaine de Paris. Ce n’est que partie remise.

Toutes nos excuses pour les désagréments causés par cette déconvenue.

Mawawa Mâwa-Kiese

Le duo Lo Benel / Dino Vangu [Maestro de la Rumba Congolaise classique, Ex chef d’orchestre d’Afrisa International de feu Tabu Ley Rochereau], et le groupe Rumba ya Dino, sera en concert  pour célébrer :

-Le cinquantenaire de la guitare mi-solo, introduite par Faugus Izeidi auteur du livre Les coulisses de la musique congolaise, de l’African Jazz, à l’Afrisa ;

-Encourager les études scientifiques sur la musique africaine : Anthropologie de la chanson congolaise de variétés. Imaginaire, production du sens, par le professeur Abel Kouvouama ;

-Rendre hommage à Jacques Loubelo, à l’occasion de la sortie de l’ouvrage : Honneur à Jacques Lubelo. «  Kembela » Jacques Lubelo, par Mawawa Mâwa-Kiese.

Une grande partie de notre culture s’est transmise par l’oralité. Elle s’est perpétuée grâce aux contes et légendes, aux chansons et à l’école du M’Bongui en général. Au xxème siècle, grâce à la musique chantée et écrite nous pouvons la revisiter, et commencer à l’écrire afin qu’elle devienne un matériau de formation dans les écoles. Même si les résistances contre la colonisation et le partage de l’Afrique en zones géographiques, « propriétés » de l’Europe, avaient été vaincues, nos ancêtres n’avaient jamais accepté cette imposture historique. Sur les deux rives du fleuve Congo, les témoignages abondent pour magnifier le grand Congo dans une Afrique unie.

Les chansons qui suivent puisent dans les profondeurs d’une pensée bantu claire et simple, laquelle pourrait servir de socle pour renouveler les paradigmes africains.

Kabasele Joseph (Alias Grand Kallé) dans Ebale ya Congo

« Ebale ya Congo ejali lopango té, ejali sé nzela… » : Le fleuve Congo n’est pas une frontière, c’est un passage… (Kallé Djeff, alias Grand Kallé).

Franklin Boukaka dans Pont sur le Congo

« Congo na biso ebonga boye, ezala Congo moko, Congo ya Lumumba… » : Que notre Congo se construise, et devienne un seul Congo, le Congo de Lumumba… (Franklin Bukaka)

Rochereau Tabu Ley dans Congo Avenir

« Mikolo to sakanaki ma mosolo

Ya mboka Congo oh ekoki ih

To fungwani miso lelo

To moni bozoba nionso tosali ih

Po na ko bonguisa Congo avenir,

Ebongui tosala

Ebongui tosala…

Nous avons suffisamment joué avec les richesses du Congo,

Nous avons pris conscience,

Nous reconnaissons toute notre légèreté dans la gestion.

Pour doter le Congo d’un meilleur avenir,

Nous devons travailler,

Et travailler davantage…

(Tabu Ley Rochereau)

Jacques Loubelo dans Congo Ekolo Monene

« Kongo Ekolo na biso

Tobonguisa yango Kongo.

Kongo Ekolo monene

To bosana té Kongo.

Tolingana eh, eh,

Toyokana eh, eh,

Tosalisana malamu,

Bongo tobonguisa Kongo… »

… Le Congo notre pays,

Construisons le Congo.

Le Congo, ce grand pays,

N’oublions pas le Congo.

Cultivons l’amour,

Cultivons l’entente,

L’entraide avec bienveillance,

Pour développer le Congo …

Jacques Loubelo

Enfin l’hymne à l’unité africaine de Franklin Boukaka demeure une leçon d’actualité

Ah hé Africa, eh Africa, Oh dipanda,

Ah hé Africa, eh Africa, Oh liberté.

Na ko mituna, mondele akende

Dipanda to zuwa ka oh ya nani eh Africa?

Basusu oyo naponaka

Bawela bomengo pe na ba vuatidi eh

Bo voti tango ekomaka

Ngai na komi moto po na bango…

Ah hé ,

Ah hé Afrique, eh Afrique, Oh liberté.

Je me pose des questions, le Blanc était soi-disant parti,

Mais à qui appartient l’indépendance que nous avons acquise ?

Certains que j’ai élus

S’enrichissent et exhibent leurs luxueuses voitures

En période électorale, ils viennent me courtiser

Malgré la paupérisation des contenus  dans les chansons actuelles, qui depuis deux décennies encouragent la dépravation des mœurs, il faut dire que la Rumba classique, héritée des Bantous de la Capitale, de l’African-Jazz, de l’Ok-Jazz, des Sinza Kotoko, …, demeure une école de la vie, à travers laquelle les chansons avaient un caractère pédagogique.

C’est cette Rumba classique qui nous sera proposée  par le duo Lo Benel / Dino Vangu [Maestro de la Rumba Congolaise classique, Ex chef d’orchestre d’Afrisa International de feu Tabu Ley Rochereau], et le groupe Rumba ya Dino.

La parenthèse musicale de très bas niveau, entretenue par certains orchestres des deux rives du fleuve Congo, en surfant sur la misère populaire, pour faire l’éloge de la médiocrité ambiante, n’honore pas notre culture.

La musique congolaise, à ses origines, fut un outil culturel à travers lequel s’est opérée l’émancipation des peuples… Et c’est à juste titre que la musique du bassin du Congo s’est exportée dans toute l’Afrique. Sans oublier que cette même musique a largement contribué à l’émancipation des Amériques pour passer de l’esclavage à la modernité actuelle.

Nsona Diambu.



Qu’as-tu fait de ton frère ?

Par Café Littéraire • 7 fév 2014 • Catégorie: Actualités, Contributeurs et auteurs

Qu’as-tu fait de ton frère ?

éthique de la responsabilité fraternelle selon les écritures
Auteur : Père Antonio Mabiala
Collection : Le griot bantu
Folio : 160 pages, Format : 105*148 mm
Date de parution : 1er fév.  2014
Prix Public T.T.C. : 10 €
ISBN : 2-84220-071-8

Morceaux Choisis

Fichier commande PDF à télécharger : PubAntoniov2



Anthropologie de la chanson congolaise de variétés

Par Café Littéraire • 29 oct 2013 • Catégorie: Actualités, Café littéraire, Nouveautés

Anthropologie de la chanson
Congolaise de variétés
Imaginaire, production du sens

Auteur : Abel Kouvouama
Folio : 128 pages, Format : 148*210 mm
Date de parution : 1er nov.  2013
Prix Public T.T.C. : 15 €
ISBN : 2-84220-067-1

Problématique introductive :

Cet ouvrage répond à quelques-unes de mes interrogations longtemps restées en gestation pour atteindre leur maturité actuelle. Il propose un travail réflexion anthropologique sur les faits sociaux en cours dans la société congolaise contemporaine. Il s’agit d’une anthropologie des mondes contemporains qui prend pour objet d’étude les textes des chansons qui accompagnent la musique congolaise de variétés. …

La chanson et la musique congolaise de variétés – comme on le montrera plus loin – sont le lieu de production du politique, c’est-à-dire en tant qu’espace d’expérimentation du vivre-ensemble sous les formes collectives et individuelles. Textes dits et paroles « chantées » donnent à voir comment l’oralité et l’écrit sont « mis en résonance », selon l’expression d’Arlette Chemain ; comment ils participent du travail de socio-critique derrière les imaginaires sociaux qui sont convoqués en permanence par les artistes-musiciens. L’analyse de la société congolaise sera privilégiée. Sans doute l’illusion de cerner un terrain sensiblement connu m’y invite-t-elle en premier lieu, mais c’est d’abord ce retour réflexif sur soi, sur la culture et sur la société congolaise contemporaine avec ses déséquilibres, ses tensions et ses mutations rapides qui a motivé mes choix et ma démarche pour une anthropologie réflexive, critique et prospective. Ainsi, l’idée d’effectuer des recherches socio-anthropologiques sur les chansons congolaises de variétés est née il y a une trentaine d’années à Brazzaville à partir d’une double préoccupation à la fois ludique et scientifique. D’abord, des raisons personnelles m’obligent à faire remonter à la surface une partie importante de mon vécu quotidien d’enfant de Poto-Poto, arrondissemement animé de Brazzaville. …

Déjà, dans les années 80, Sylvain Bemba, Matondo Kubu Turé, Honoré Mobonda, Georges Elounga, Antoine Lipou, Jean-Luc Aka-Evy, Ambroise Ossété, Abel Kouvouama et Charles-Didier Gondola, ont multiplié des études, cours et travaux de recherches sur les chansons congolaises de variétés. Récemment, d’autres auteurs ont sur le plan historique, linguistique et auto-biographique retracé, avec des documents iconographiques à l’appui, les grands moments de la musique et de la chanson congolaise…

… Il s’agit de savoir comment ceux-ci réinventent les mots, les travestissent et colportent à travers la chanson l’information qu’elle soit vraie ou fausse, et comment ils suggèrent le dit et le non-dit. Ensuite, ce travail montre également comment une société se construit à la fois dans les pratiques et les représentations des agents sociaux qui sont de véritables opérateurs de sens et d’action. Enfin, il s’agit de comprendre comment les savoirs populaires, – qu’ils relèvent de l’oral ou de l’écrit en langues congolaises – sont-ils traités et traduits en savoir scientifique…



Kongo Kultur, vol.3. Guy Menga, criticisme kantien, musique congolaise

Par Café Littéraire • 20 sept 2013 • Catégorie: Actualités, Nouveautés, kongo kultur

Kongo Kultur

Alliance pour une Renaissance Africaine
vol.3, n° 1-2, Janv. – Déc. 2011. Publié en octobre 2013
Publication semestrielle

Guy Menga, Criticisme Kantien, Musique Congolaise

Morceaux choisis

« Beto tu sika ngoma widi ka tu kuenda ku zulu ko yaya, bandoki ba dianga bantu nkia nsendo ba tambula kua Nzambi...»  (Nous, musiciens spécialistes des tambours, sommes soit-disant interdits d’accès au paradis (ciel), mais quel châtiment, les sorciers accepteraient-ils de la part de Dieu ?)

… Guy Menga, de son nom d’origine Gaston Bikouta, est un prosateur confirmé dès les premières heures de la littérature du Congo Brazzaville. C’est par le théâtre qu’il s’est fait d’abord connaître, avec L’oracle, primée, et jouée à Paris dans les studios des Champs-Élysées en janvier 1969. Il devint très célèbre et populaire avec  La marmite de Koka-Mbala, …

… « La critique est aisée, et l’art est difficile ». Nous en convenons. Critiquer n’est pas censurer … Notre approche est une critique de l’esprit du livre du Professeur David Mavouangui. La philosophie classique allemande depuis Kant … demeure une pierre d’achoppement dans la trajectoire de tout penseur scientifique…

.

.. Sept ans après ce que les médias français ont appelé « la crise des banlieues », deux sociologues africanistes (Michel Agier et de Rémy Bazenguissa Ganga) publient un ouvrage collectif au titre provocateur : L ’Afrique des banlieues françaises…

Musique Congolaise

… La musique congolaise ancienne en hommage à Louis Armstrong « Le Satchmo »… La musique congolaise moderne s’est mondialisée et est actuellement visible dans tous les continents. D’où la réflexion consistant à effectuer le parallélisme entre la capacité d’insertion de cette musique dans d’autres aires culturelles, et la force naturelle qu’elle devrait avoir pour favoriser l’intégration sous-régionale dans le bassin du Congo qui est son berceau originel.

Logo de la Radio-Brazzaville. Après la BBC de Londres, Radio-Brazzaville fut la capitale médiatique du monde,à partir de décembre 1940. C’est sur cette rive droite du majestueux fleuve Congo, à Ntamo, sur les terres du roi Makoko, qu’était maintenue en hibernation l’âme de Paris… Mais cette radio, voulue par le Général de Gaulle, pour rivaliser avec la BBC, n’était pas seulement un instrument au service de la guerre. Elle véhicula aussi la Rumba naissante sur les deux rives du fleuve Congo, et ramena dans leur berceau originel, les musiques afro-américaines nées de l’esclavage (Biguine, Salsa, Jazz, Blues, …). C’est dans ce mouvement de va et vient entre les cultures afro- américaines, européennes et africaines qu’est née la Rumba Congolaise…

Musique et nouvelles urbanités :

… La structuration et la cohésion des populations de Brazzaville et Kinshasa, s’est faite en partie grâce à la musique. Ces capitales deviennent actuellement surpeuplées. Quand on observe la position géographique de Brazzaville, Kinshasa, Libreville, Luanda, etc., ces villes capitales avaient été créées comme des comptoirs qui devaient faciliter l’acheminement des matières premières en Europe. C’est pourquoi elles sont excentrées par rapport au reste des pays. Dans une perspective d’humanisation de l’intégration africaine, nos pays doivent, au même titre que le Nigeria ou le Brésil, créer et construire de nouvelles villes capitales qui devraient se rapprocher du centre géographique des pays respectifs… Les points placés sur cette carte de l’Afrique montrent les centres géographiques des dits pays, susceptibles d’abriter des nouveaux centres urbains de redéploiement des populations africaines…

Guy Menga pose sur le Ngoma ya Kongo au Cyber-Mbongui, en 2006.

Le Cyber-Mbongui, situé au 16 rue Castagnary, 75015 Paris, avait été de 2004 à 2007, le siège des éditions Paari en France.

… L’héritage de 3S … En fait, Gaulard ne s’est jamais affranchi de l’influence du célèbre musicien qui a formé pendant plus de quarante ans, avec la complicité de Nino Malapet, le duo de saxophone le plus fameux dont la musique congolaise s’est jamais prévalu de part et d’autre du Pool-Malébo. …

Missié Essous, est, autrement dit un maestro digne de respect. C’est en tout cas le point de vue du mélomane nostalgique que je suis. Ni bo tuena…


Rubrique réalisée par Nsona Diambu et Wenazo Mayinga (Tchek Mâ mama, in memoriam de Rovin Ya Ntsende)




La gazelle de Mbudi a Nkonko

Par Café Littéraire • 31 mar 2013 • Catégorie: Actualités

La Gazelle de Mbudi a Nkonko

Auteur : Nzunga Mbadi
Collection :  Ta e Nguala (Raconter une histoire)
Folio : 32 pages, Format : 148*210 mm
Date de parution : Samedi 6 avril 2013
Prix Public T.T.C. :10 €
ISBN : 2-84220-064-0
Télécharger le bon de commande : GazelPub

Argumentaire

« La gazelle de Mbudi a Nkonko » révèle la vie  quotidienne au village.  Les hommes palabrent au « mbongi  », les femmes mijotent leurs plats et les enfants s’adonnent à leurs jeux favoris. L’auteur, Nzunga Mbadi, souligne le rôle important joué par l’instrument nkonko, comme moyen de communication à grande distance, dans la société traditionnelle.

On y découvre, l’histoire d’une gazelle mystérieuse, croisée dans la savane, par des jeunes garçons allant aux champs, mais que les balles de fusils n’arrivent pas à atteindre.

L’auteur Nzunga Mbadi qui est-il ?

Nzunga Mbadi, est journaliste et a exercé à la RTNC – Radio Télévision Nationale Congolaise – de 1966 à 1973.

Professeur des Lettres et Histoire-Géographie à l’Académie de Créteil (1983-2000), animateur de l’émission Tam-Tam Magazine, sur Radio FPP (1995-2012), il est actuellement journaliste free-lance à Paris.

Passionné par la culture, il offre à travers ce texte illustré, une ouverture aux traditions ancestrales africaines.

Qui sont les illustrateurs de l’ouvrage ? Deux virtuoses : Lucien Lema Kusa et Charly Tshimpaka wa Tshimpaka, de l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa.



Le Fou d’à côté

Par Café Littéraire • 18 nov 2012 • Catégorie: Actualités, Contributeurs et auteurs, Nouveautés

Le fou d’à côté

Auteur : Félix-Tchicaya Serge

Collection :  Le griot bantu
Folio : 46 pages, Format : 100*150 mm
Date de parution : 1er octobre 2012
Prix Public T.T.C. :5 €
ISBN : 2-84220-062-6

Argumentaire

N’tamo, capitale du royaume Luango, vient de commanditer l’assassinat du poète. Cette nuit-là, Nitugann’ le fou, avait tout vu. Envers et contre tous, il décida de donner sa version.
Ce monologue – Le fou d’à côté –, qui raconte la présence d’un témoin gênant sur les lieux d’un crime politique, avait été écrit en 1989. La même année, le texte est mis en scène et joué par Gilbert Ndoulou-Mbemba, à Pointe-Noire.
« Pour gagner le cœur des Luango, le roi baptisa écoles et autres édifices publics du nom du poète assassiné… Mpemb’ Tchikanvu s’y refusa… Cette mort arrangeait tout le monde, …
– Ils sont arrivés ! Ils sont arrivés !
– A ya Loemb’ mvubukanouèè !
– Yaï wa kouiss’ !
» …

Pour commander l’ouvrage : FouPubl

L’Auteur Félix-Tchicaya Serge C’est en 1974 – alors âgé d’à peine dix ans –, que germe chez l’auteur l’étincelle de l’écriture. Neveu de l’écrivain Congolais Tchicaya  U Tam’Si, il dispose d’un breuvage singulier constitué des « Fruits si doux de l’arbre à pain »…
Toujours en mouvement, il amorce une voie déterministe, enfouie depuis la nuit des temps, dans les profondeurs de la société Luango.



Les coulisses de la musique congolaise de l’African Jazz à l’Afrisa

Par Café Littéraire • 4 juil 2012 • Catégorie: Actualités, Nouveautés

Les coulisses de la musique congolaise :
De l’African Jazz à l’Afrisa

Auteur : Faugus IZEIDI

Préface : Gaston -Jonas Kouvibidila
Collection : Sociétés contemporaines et urbanités
Folio : 228 pages, Format : 150*230 mm
Date de parution : 30 juin 2012
Prix Public T.T.C. : 25 €
ISBN : 2-84220-061-9

Argumentaire

La musique congolaise moderne, nourrie non seulement de valeurs et de sonorités locales, mais aussi d’influences extérieures a, durant plus d’un demi siècle, pulvérisé tous les records d’audience et d’affluence. Jamais musique n’a été aussi inventive grâce aux talents  des artistes musiciens, prolifiques, et à leur créativité étonnamment débordante.

A travers les figures mythiques de Kabasele Joseph (Kalle Jeff), Rochereau Tabuley, Nicolas Kassanda (Dr Nico), Roger Izeidi, Manu Dibango, l’auteur nous livre les heurs et malheurs des acteurs qui ont forgé la Rumba congolaise moderne.

Mais jamais musique n’a été aussi traversée par des courants contradictoires surprenants, des guerres souterraines et ouvertes, des incompréhensions surmontables et insurmontables, d’actes cupides, des velléités de prise de pouvoir jusqu’à flirter avec des pratiques fétichistes, des combats virtuels, au travers des chansons romantiques, mais singulièrement tranchantes, dans un environnement explosif.

C’est dans ce contexte que Faugus empruntera une carrière de musicien, favorisée par l’environnement familial d’une part, et par sa rencontre avec Manu Dibango d’autre part. Il contribuera à la grandeur de la musique congolaise, avec l’invention de la guitare mi-solo. Mais il assitera également impuissant à la décadence de l’African Fiesta. L’absence d’une rigeur dans le management des musiciens sera fatal à plusieurs orchestres, d’où cette mosaïque de formations musicales éphémères, qui n’auront d’existence que le temps d’un concert et/ou d’un enregistrement…

Faugus Izeîdi, co-auteur de l’indémodable et classique chanson Mokolo na kokufa, dévoile pour la première fois, dans un texte bien illustré en images, les coulisses de cette musique qui a innondé l’Afrique entière.

Pour commander l’ouvrage :

Ebale ya Congoezali lopango te eh ezali nde nzela (Kabasele Joseph)

Congo na biso ebonga boyé, ezala Congo moko Congo ya Lumumba (Franklin Bukaka)

Mono i mwisi Angola, nsi ya tusisila bambuta zeto (Sam Mangwana)

L’auteur de l’ouvrage Faugus Izeidi est le benjamin de la famille Izeidi



L’Afrique des Banlieues Françaises

Par Café Littéraire • 11 mai 2012 • Catégorie: Actualités

L’Afrique des Banlieues Françaises

Collection GERMOD
Auteurs : Sous la direction de Michel Agier et Rémy Bazenguissa Ganga

Ouvrage Collectif

Folio : 192 pages, Format : 148,5*210 mm

Date de parution : 1er avril 2012

Prix Public T.T.C. : 20 €

ISBN : 2-84220-054-1

Présentation

Ce livre engage un débat nécessaire à la fois sur l’interprétation des manifestations politiques, sociales, culturelles dans les banlieues françaises paupérisées depuis les émeutes de 2005, et sur les controverses publiques qu’elles ont amenées et continuent d’amener dans le pays, mobilisant des concepts et des thèmes dont les chercheurs africains et « africanistes » sont familiers : afrocentrisme, discrimination positive, post-colonialisme, racisme, diaspora ou encore « Afriques hors d’Afrique ». C’est dans ce sens-ci qu’on doit entendre le titre de cet ouvrage, cherchant à comprendre les multiples formes et sens de la « présence africaine » hors du continent africain, en particulier en France aujourd’hui. Deux types de textes sont rassemblés dans cet ouvrage, et correspondent à deux configurations de débat.

Le premier reprend et actualise une série de communications présentées et débattues lors d’un colloque organisé en 2006 à l’EHESS par le Centre d’études africaines. Sept communications entrent dans ce cadre, celles de M. Agier, R. Bazenguissa Ganga, I. Coutant, A. Cressent, M. Kokoreff, E. M’Bokolo et M. Timera. Ces collègues ont retravaillé leurs textes en maintenant, dans la mesure du possible, la forme orale de l’exposé.

Le second type de textes est constitué d’articles postérieurs qui élargissent la connaissance sur les manifestations, politiques ou culturelles, de cette présence africaine en France, qui reconfigure à la fois les espaces où elle se concentre, et les personnes et groupes qui en ressortissent.

L’année 2005 est un repère important dans cette controverse française, avec les violences qui ont accompagné la grève des lycéens et étudiants au printemps 2005 et les émeutes des banlieues en novembre 2005. Un amalgame est rapidement intervenu entre les discours racialistes, incriminant les jeunes Africains, et les autres motivations, sociales ou urbaines, de la révolte. La question posée fut alors : peut-on comprendre la violence politique à partir des discours racialisant ? Le contenu culturaliste ou racialiste des commentaires tenus à chaud, doit être « déconstruit », sans faire pour autant l’économie d’une réflexion critique sur les modes français de penser et produire la race et la culture.

La première partie de l’ouvrage porte sur « L’Histoire d’une exclusion à travers le discours français de l’intégration » : ou comment parler d’intégration (ou d’assimilation) pour mieux stigmatiser et exclure. Dans cette partie, les interventions s’interrogent sur la relégation sociale et raciale dans les cités populaires en lien avec les discours politiques et culturels de l’intégration.

La seconde partie est un retour réflexif sur les émeutes de 2005 et leurs contextes, urbains, politiques et historiques.

Enfin, la troisième partie aborde les thèmes de la « race, du postcolonialisme et de la démocratie ». Elle interroge la longue construction des discours racistes en France, les revendications démocratiques et la question de la réparation des torts.

Michel Agier et Rémy Bazenguissa Ganga

Pour commander l’ouvrage : Disponible pour les Libraires à La librairie SFL, réseau FNAC France, où chez tous les bons libraires sur le réseau internet, librairie l’Harmattan et Présence Africaine à la rues des écoles (75005 Paris). Vous pouvez aussi télécharger les fichiers suivants : PubBazeng

Rubrique réalisé par Tata Kiminu Kia Solo à N’Sanga-M’Vimba, le 10 mai 2012



Tranches de vie à Bacongo 1940-1978

Par Café Littéraire • 3 mar 2012 • Catégorie: Actualités, Livres

Tranches de vie à Bacongo 1940-1978

Auteur : Fila Tiburce

Préface : N’Debeka Maxime

Collection : Sociétés contemporaines et urbanités

Folio : 302 pages

Impression de Luxe : Couverture avec rabats

ISBN : 2-84220-057-2

Prix : 30€

Parution : 02 mars 2012

Argumentaire :

De André Grenard Matsoua, à Ta Nkéoua Joseph, Fila Tiburce conte la tumultueuse épopée de Bacongo, un quartier de Brazzaville, qui avec le mouvement contemporain de La Sape,  ne cesse de transposer son bouillonnement culturel à travers la planète. Pour ce quartier qui continue d’héberger l’autre palais de L’Elysée – La case De Gaulle –, le trop plein d’inventivité culturelle de ses habitants se situe au carrefour d’une rencontre entre les populations bantu et la colonisation européenne.

En prenant cette initiative, l’auteur jette un pavé dans la mare. Il invite d’autres Congolais à partager eux aussi leur vécu, afin que toutes ces tranches de vie, venues d’Impfondo, de Mbanza-Nganga, de Pointe-Noire, de Zanaga, de Ngabé, etc., tissent le raphia d’une véritable histoire congolaise à léguer aux générations futures.

Ce livre n’est pas un voyage dans l’immense passé de Bacongo, mais une incursion dans les jeunes années de l’auteur. Ces morceaux choisis ou bribes d’évènements vécus par l’auteur sont ici partagés pour susciter d’autres vocations et/ou combler la soif d’une jeunesse congolaise, qui ne dispose pas toujours de manuels didactiques adéquats.

Bon de commande : TranchesPubli

La couverture du livre dispose de deux rabats didactiques qui montrent les six  personnalités qui ont dirigé le Congo de 1960 à ce jour.

La table des matières est assez explicite sur le contenu de l’ouvrage

Qui est FILA Tiburce ? Un Bacongolois

Orphelin à 14 ans, l’auteur a toujours su prendre des initiatives pour se forger un passage digne sur le chemin de la vie. Cependant, autodidacte invétéré, il s’inscrit à 20 ans aux cours par correspondance de l’Ecole Polytechnique de Vente de Paris pour préparer un diplôme de Technicien de promotion Commerciale, équivalent au Brevet de Technicien Supérieur Commercial.

Après un stage à Paris, il est engagé par le journal Jeune Afrique et en devient le Délégué Commercial au Congo de 1974 à 1977.



Jean-Paul Sartre : Introduction à sa philosophie de l’Existence

Par Café Littéraire • 1 fév 2012 • Catégorie: Actualités, Livres

Jean-Paul Sartre. Introduction à sa Philosophie de l’existence

 » Existence et Négritude  »

Auteur : David Mavouangui
Préface de Tanella Boni

Collection  Germod, 2nd édition
Folio : 92 pages, Format : 135*210 mm
Date de parution : 1er février 2012

Prix Public T.T.C. : 15 €  ; Thèmes : Philosophie.
ISBN : 2-84220-056-5

Argumentaire

Existence, liberté, transcendance, catégories fondamentales de l’humaine condition, concourent dans la philosophie de Jean Paul Sartre au surgissement véritable de l’être humain, et se traduisent en termes d’avenir, de projet, d’aliénation, d’engagement, de responsabilité.
Aucune essence en l’homme ne précède l’existence. Le sujet humain n’est pas objet, n’est pas identité. Il est ce qu’il est à partir de ce qu’il choisit, de ce qu’il se fait, sans le concours d’influences extérieures. Telle est la problématique Sartrienne de l’existence examinée notamment sous l’angle des représentations de l’en soi et du pour soi.
En effet, il s’agit toujours de s’élever de la vie, des vérités immuables, vers l’existence authentique, l’existence humaine où le sujet prend conscience de sa liberté, de sa souveraineté en tant « qu’existant » libre en rupture avec le donné, avec les conduites de mauvaise foi, avec la nature d’être de besoins, attaché à la stabilité provisoire de la vie terrestre.

Cette seconde édition, tout en bénéficiant de la préface de Tanella Boni, a été augmentée d’une troisième partie intitulée Existence et Négritude. Cette rencontre entre Sartre, Senghor, Césaire, Fanon, Damas, … sur les thèmes majeurs du xxème siècle, augure de nouvelles pistes de recherches.

Pour toute commande, Télécharger le fichier PDF suivant : Sartre1Pub_Mise en page 1

Sartre, un philosophe français des temps actuels. C’est pourquoi les éditions Paari ont intitulé cette seconde édition « Existence et Négritude : La nouvelle frontière philosophique ». En réactualisant les thèmes majeurs  du xxème siècle sur les mouvements de libération en Amérique latine, aux Caraïbes et en Afrique, la pensée sartrienne, dans sa rencontre avec la négritude, avait amorcé des pistes de recherches qui méritent d’être poursuivies pour donner sens à cette ère nouvelle de la mondialisation. On a vu Sartre et sa compagne Simone de Beauvoir auprès non seulement de la Négritude, mais aussi du Che,…

Simone de Beauvoir, Sartre et Che Guevara à Cuba en 1960

X, Simone de Beauvoir et Sartre au pied des pyramides en Egypte

David Mavouangui : L’auteur est philosophe et membre de la Société congolaise de philosophie (Sophia). Il a dirigé le Département de Philosophie à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’université Marien Ngouabi de Brazzaville de 1991 à 2006. Parmi ses publications majeures, il faut noter Emmanuel Kant, Introduction à sa philosophie critique (Paari 2003), Ethique et Politique (sous la dir., Paari, 2004) enfin ; La philosophie de Kant et l’éducation (L’Harmattan, janvier 2012).

David Mavouangui

Rubrique réalisée par Mayinga Wenazo